La WFTO prescrit 10 principes que les organisations de commerce équitable doivent suivre dans leur travail quotidien et effectue un suivi pour s’assurer que ces principes sont respectés.

Principe un: Créer des possibilités pour les producteurs défavorisés sur le plan économique

La réduction de la pauvreté par le commerce est un élément clé des objectifs de l’organisation. L’organisation soutient les petits producteurs marginalisés, qu’il s’agisse d’entreprises familiales indépendantes, d’associations ou de coopératives. Elle vise à leur permettre de passer de l’insécurité des revenus et de la pauvreté à l’autosuffisance économique et à l’appropriation. L’organisation a un plan d’action pour y parvenir.

Deuxième principe: Transparence et responsabilité

L’organisation est transparente dans sa gestion et ses relations commerciales. Elle est responsable devant toutes ses parties prenantes et respecte la sensibilité et la confidentialité des informations commerciales fournies. L’organisation trouve des moyens appropriés et participatifs d’impliquer les employés, les membres et les producteurs dans ses processus décisionnels. Elle veille à ce que des informations pertinentes soient fournies à tous ses partenaires commerciaux. Les canaux de communication sont bons et ouverts à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement.

Troisième principe: Pratiques commerciales équitables

L’organisation est soucieuse du bien-être social, économique et environnemental des petits producteurs marginalisés et ne maximise pas le profit à leurs dépens. Elle est responsable et professionnelle dans le respect de ses engagements en temps opportun. Les fournisseurs respectent les contrats et livrent les produits dans les délais et selon la qualité et les spécifications souhaitées.

Les acheteurs équitables, conscients des désavantages financiers auxquels sont confrontés les producteurs et fournisseurs de produits du CE, veillent à ce que les commandes soient payées dès réception des documents ou comme convenu d’un commun accord. Pour les produits Handicraft FT, un paiement anticipé sans intérêt d’au moins 50 % est effectué sur demande. Pour les produits Food FT, un paiement anticipé d’au moins 50% avec un intérêt raisonnable est effectué sur demande. Les taux d’intérêt payés par les fournisseurs ne doivent pas être supérieurs au coût d’emprunt des acheteurs auprès de tiers. Aucun intérêt n’est exigé.

Lorsque les fournisseurs du Sud reçoivent un paiement anticipé de la part des acheteurs, ils s’assurent que ce paiement est répercuté sur les producteurs ou les agriculteurs qui fabriquent ou cultivent leurs produits équitables.

Les acheteurs consultent les fournisseurs avant d’annuler ou de rejeter une commande. Lorsque les commandes sont annulées sans que ce soit la faute des producteurs ou des fournisseurs, une indemnisation adéquate est garantie pour le travail déjà effectué. Les fournisseurs et les producteurs consultent les acheteurs en cas de problème de livraison et s’assurent que la compensation est fournie lorsque les quantités et les qualités livrées ne correspondent pas à celles facturées.

L’organisation entretient des relations à long terme basées sur la solidarité, la confiance et le respect mutuel qui contribuent à la promotion et au développement du commerce équitable. Elle maintient une communication efficace avec ses partenaires commerciaux. Les parties impliquées dans une relation commerciale cherchent à augmenter le volume du commerce entre elles et la valeur et la diversité de leur offre de produits comme un moyen de développer le commerce équitable pour les producteurs afin d’augmenter leurs revenus. L’organisation travaille en collaboration avec les autres organisations de commerce équitable du pays et évite la concurrence déloyale. Il permet d’éviter de dupliquer les conceptions de patrons d’autres organisations sans autorisation.

Le commerce équitable reconnaît, promeut et protège l’identité culturelle et les compétences traditionnelles des petits producteurs, comme en témoignent leurs créations artisanales, leurs produits alimentaires et d’autres services connexes.

Quatrième principe: paiement équitable

Un paiement équitable est un paiement qui a été négocié et accepté par tous dans le cadre d’un dialogue et d’une participation continus, qui assure un salaire équitable aux producteurs et qui peut également être soutenu par le marché, en tenant compte du principe de l’égalité de rémunération pour un travail égal entre les femmes et les hommes. Le but est toujours le paiement d’un salaire de subsistance local. Le paiement équitable est composé de prix équitables, de salaires justes et de salaires locaux.

Prix équitables
Un prix équitable est librement négocié par le biais d’un dialogue entre l’acheteur et le vendeur et repose sur une fixation transparente des prix. Elle comprend un salaire équitable et un profit équitable. Les prix équitables représentent une part équitable du prix final pour chaque acteur de la chaîne d’approvisionnement.

Salaires équitables
Un salaire équitable est un salaire équitable, librement négocié et mutuellement convenu, et suppose le paiement d’au moins un salaire de subsistance local.

Salaire de vie local
Un Salaire de Vie Locale est une rémunération perçue pour une semaine de travail standard (pas plus de 48 heures) par un Travailleur dans un endroit particulier, suffisante pour lui permettre d’assurer un niveau de vie décent et à sa famille. Les éléments d’un niveau de vie décent comprennent la nourriture, l’eau, le logement, l’éducation, les soins de santé, le transport, l’habillement et d’autres besoins essentiels, y compris la prise en charge d’événements imprévus.

Cinquième principe: garantir l’interdiction du travail des enfants et du travail forcé

L’organisation adhère à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et à la législation nationale / locale sur l’emploi des enfants. L’organisation veille à ce qu’il n’ y ait pas de travail forcé dans son personnel et/ou ses membres ou travailleurs à domicile.

Les organisations qui achètent des produits issus du commerce équitable auprès de groupements de producteurs, soit directement soit par l’intermédiaire d’intermédiaires, veillent à ce qu’aucun travail forcé ne soit utilisé dans la production et à ce que le producteur se conforme à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et à la législation nationale / locale sur l’emploi des enfants. Toute implication des enfants dans la production de produits équitables (y compris l’apprentissage d’un art ou d’un artisanat traditionnel) est toujours divulguée et surveillée et n’affecte pas le bien-être des enfants, leur sécurité, leurs besoins en matière d’éducation et leur besoin de jouer.

Principe six: Engagement envers la non-discrimination, l’équité entre les sexes et l’autonomisation économique des femmes, et la liberté d’association

L’organisation ne fait pas de discrimination en matière d’embauche, de rémunération, d’accès à la formation, de promotion, de licenciement ou de retraite en fonction de la race, de la caste, de l’origine nationale, de la religion, du handicap, du sexe, de l’orientation sexuelle, de l’appartenance syndicale, de l’affiliation politique, du statut sérologique ou de l’âge.

L’organisation a une politique et un plan clairs pour promouvoir l’égalité des sexes qui garantissent que les femmes comme les hommes ont la capacité d’avoir accès aux ressources dont ils ont besoin pour être productifs et aussi la capacité d’influencer l’environnement politique, réglementaire et institutionnel plus large qui façonne leurs moyens d’existence et leur vie. Les constitutions et règlements organisationnels permettent aux femmes de devenir des membres actifs de l’organisation à part entière (lorsqu’il s’agit d’une organisation fondée sur l’adhésion) et d’occuper des postes de direction dans la structure de gouvernance, indépendamment du statut des femmes en ce qui concerne la propriété d’actifs tels que la terre et la propriété. Lorsque les femmes sont employées au sein de l’organisation, même lorsqu’il s’agit d’un emploi informel, elles reçoivent un salaire égal pour un travail égal. L’organisation reconnaît les droits des femmes en matière de plein emploi et s’engage à faire en sorte que les femmes bénéficient de l’intégralité des avantages sociaux prévus par la loi. L’organisation tient compte des besoins particuliers en matière de santé et de sécurité des femmes enceintes et des mères qui allaitent.

L’organisation respecte le droit de tous les employés de former des syndicats de leur choix et d’ y adhérer, ainsi que le droit de négocier collectivement. Lorsque le droit d’adhérer à des syndicats et de négocier collectivement est limité par la loi et/ou l’environnement politique, l’organisation permettra aux travailleurs de disposer de moyens d’association et de négociation indépendants et libres. L’organisation veille à ce que les représentants des travailleurs ne soient pas victimes de discrimination sur le lieu de travail.

Septième principe: Garantir de bonnes conditions de travail

L’organisation fournit un environnement de travail sûr et sain pour les employés et/ou les membres. Il est conforme, au minimum, aux lois nationales et locales et aux conventions de l’OIT sur la santé et la sécurité.

Les heures de travail et les conditions de travail des employés et/ou des membres (et de tout travailleur à domicile) sont conformes aux conditions fixées par les lois nationales et locales et les conventions de l’OIT.

Les organisations du commerce équitable sont conscientes des conditions de santé et de sécurité dans les groupements de producteurs auprès desquels elles achètent. Ils cherchent, sur une base continue, à sensibiliser davantage les groupes de producteurs aux questions de santé et de sécurité et à améliorer leurs pratiques en matière de santé et de sécurité.

Huitième principe: Renforcer les capacités

L’organisation cherche à accroître les impacts positifs sur le développement des petits producteurs marginalisés par le biais du commerce équitable.

L’organisation développe les compétences et les capacités de ses propres collaborateurs ou de ses membres. Les organisations travaillant directement avec les petits producteurs développent des activités spécifiques afin d’aider ces producteurs à améliorer leurs compétences de gestion, leurs capacités de production et leur accès aux marchés – locaux / régionaux / internationaux / commerce équitable et grand public selon les besoins. Les organisations qui achètent des produits du commerce équitable par l’intermédiaire d’intermédiaires du commerce équitable dans le Sud aident ces organisations à développer leur capacité à soutenir les groupes de producteurs marginalisés avec lesquels elles travaillent.

Neuvième principe: Promouvoir le commerce équitable

L’organisation sensibilise à l’objectif du Commerce Equitable et à la nécessité d’une plus grande justice dans le commerce mondial à travers le Commerce Equitable. Elle défend les objectifs et les activités du Commerce Equitable selon le champ d’action de l’organisation. L’organisation fournit à ses clients des informations sur elle-même, les produits qu’elle commercialise et les organisations de producteurs ou les membres qui fabriquent ou récoltent les produits. Les techniques de publicité et de marketing honnêtes sont toujours utilisées.

Principe dix: Respect de l’environnement

Les organisations qui produisent des produits issus du commerce équitable maximisent l’utilisation de matières premières issues de sources gérées durablement dans leurs gammes, en achetant localement lorsque c’est possible. Ils utilisent des technologies de production qui visent à réduire la consommation d’énergie et, dans la mesure du possible, utilisent des technologies faisant appel aux énergies renouvelables.